Forum de Motards en Nouvelle Calédonie
Bonjour ami motard, bienvenue sur le FMNC !!

--> SI TU N'ES PAS ENCORE MEMBRE, ÇA NE SAURAIT TARDER...
Afin de te permettre de consulter le forum et d'y participer, il te faut d'abord t'y inscrire.
C'est simple, rapide et gratuit.
Ci dessous ou en haut à droite du forum, tu as un onglet "s'enregistrer".
Tu as juste à suivre la procédure et à vite nous rejoindre sur le forum...

--> SI TU AS DÉJÀ UN COMPTE SUR LE FMNC :
N'oublie pas que pour participer aux discussions, tu dois être connecté en tant que membre à chacune de tes visites.
Pour ça, clique sur l'onglet "connexion".
Si tu as oublié ton mot de passe, contacte l'administrateur du site.

Bonne journée et à très bientôt sur le forum. Le staff

TRIUMPH ROCKET 3

Aller en bas

TRIUMPH ROCKET 3

Message  Fab le Dim 20 Avr 2008 - 18:23

Vous la connaissez ??? Vous l'avez déjà vue ???









Vous l'avez bien sûr reconnue, la Triumph ROCKET III



Surréaliste, fantastique, dingue... Les limites sont franchies, dépassées, explosées ! Le nouveau cruiser Triumph, c'est un pas de monstre dans un monde de rebelles. Honda avait soufflé tout le monde en casant des moteurs énormes dans ces dernières machines : 1 800 cc twin dans la VTX et 1 800 cc 6 cylindres dans la Goldwing.
Triumph balaie d'une pichenette ces valeurs références. Le nouveau 3 cylindres anglais cube presque 2 300 cc. Les chiffres annoncés laissent pantois : 142 ch et 20,3 mkg.

A l'accélération, la Rocket III pulvérise tout ce qui roule, le pilote se chargeant d'encaisser 1,2 G.

TRIUMPH 2300 ROCKET IIILe couple est disponible très tôt : 90% dès 1 800 trs et la valeur max est atteinte 700 trs plus loin.
Pour transmettre cette furie, un pneu de malabar de 240 mm. Le moteur, qui loge des pistons du même diamètre que la Dodge Viper, est tout simplement le plus gros moulin moto jamais construit.
Triumph ne s'est pas limité à ça ; le design du cruiser est sublime. La moto ne ressemble à aucune autre et le regard double optique y ajoute la patte Triumph inspiré de la Speed Triple. Le coté gauche est impressionnant et fait superbement ressortir la furie dont est capable le bestiau. Le flanc droit parait plus massif, presque d'une fadeur de moteur auto. Fraîchement arrivée sur les customs-dragsters, la fourche est inversée et emprisonne le système de freinage de la 955 Daytona ainsi qu'un maousse pneu de 150 mm.

Idéal pour frimer à tous les cafés (racer ?), la Rocket III vous permettra également de ridiculiser les Hayabusa et ZX-12R aussi bien au feu rouge que sur les terrasses des bistrots pendant longtemps ! Car non seulement le moteur est annoncé étonnamment sobre (en fait, seulement au calme - énervé, il boit copieusement), mais le réservoir accueille 25 L, de quoi s'offrir des heures et des heures d'adrénaline.

Premier uppercut. Le pilote non averti devrait se méfier avant de monter sur ce baril de poudre. Si la main droite vous démange, attendez-vous à 2 sanctions au choix : soit vous vous cramponnez comme un forcené, soit vous faites le drapeau sur la moto. En accélération pure, la Rocket III ridiculise toute la production actuelle. Croyez-en ses 2"8 pour atteindre les 100 km/h.
Un record que bien peu d'engins peuvent afficher sur leur carte de visite. La gueule en impose, les performances explosent. Voici le custom le plus dingue de la planète.

Quelle oeuvre que ce 3 cylindres conçu par Triumph. Un monument qui suscite l'admiration, force le respect, promet l'exceptionnel... A l'intérieur, l'équipage mobile vit l'enfer. Les énormes gamelles envoient le couple colossal à un robuste vilebrequin de 17 kg. Les pauvres pignons de boite vont devoir digérer la fureur du moulin avant d'infliger la leçon au malheureux pneu arrière.

Avant de déchainer les enfers, il va falloir mettre le monstre en équilibre. Et c'est là que l'appréhension se transforme en sourire. La machine se relève pratiquement d'un doigt, sans difficulté. Étonnant pour un engin qui atteint le tiers d'une tonne. Typiquement dans l'esprit cruiser américain, la position de conduite nous amène à attraper un guidon large comme la route ; pour les pieds, même combat : bien en avant pour conserver de la garde au sol. La douceur des commandes tranchent avec certains désagréments, comme la forme du sélecteur ou la grosseur des poignées Bon, on se cale sur la confortable selle. On écarte les jambes... et on réveille la bête.
Shocking ! Quel calme. De la part de cette énorme mécanique, on s'attendait à un barouf remuant les tripes. Et non, la sonorité est plutôt réservé, trop poli même pour ce type d'engin. Il faudra songer à installer des échappements plus libérés (euh, la maréchaussée va peut être râler, non ?!?). Et dans ce cas, le 3 pattes devient hargneux dans ses vocalises. Sans compter que ça lui rajoute de la pêche à bas-régimes.
D'ailleurs, la magie commence ici. Stabilisé sur le ralenti à 500 tr/mn, le propulseur fait preuve d'une souplesse magistrale. On peut se balader sur le dernier rapport sans mouvement d'humeur déplacé. La boite n'est pas très rapide mais d'une grande précision. Glissant sur l'asphalte avec douceur, on conduit avec allégresse, bénéficiant une partie-cycle surprenante d'équilibre. Un engin démesuré mais étonnamment maniable. TRIUMPH 2300 ROCKET IIIOn en profite pour mesurer le potentiel du bouilleur qui s'agite sous nos fesses. Jusqu'au 2ème chiffre du compte-tours, le muscle est déjà très costaud. entre 2 et 3 000 trs, le couple est pratiquement à son apogée, la puissance consolide ses positions et s'apprete à donner le coup de grâce. L'aiguille passe le 3, c'est trop tard, on vous avait prévenu, la force ultime vient d'arriver
"Bordel, un 747 vient de me percuter par derrière...!" Non, non, c'est le 2ème effet kiss-cool. La poussée du 2,3 L est plus qu'impressionnnante. Les watts déboulent sans vous ménager jusqu'à 7 000 trs. De la dynamite agrémenté de nitroglycériméthanol. Bon, c'est clair : c'est un engin de fou.

Et ne croyez pas que la machine ne sert qu'à pulvériser les GSX-R et autres fusées Ariane entre 2 feux rouges. Le châssis est remarquable et permet de placer facilement la Rocket. Très stable en courbe, on ne s'inquiète de sa conduite que lorsque les cale-pieds commencent à frotter. Et encore... Aucun danger. Et quel plaisir que d'emmener cette moto dotée d'un superbe équilibre, qui n'est pas sans rappeler une certaine Honda F6C. La fourche effectue un travail convenable et ses étriers de frein sont suffisamment puissants pour calmer ce taureau... tant qu'on le mène comme un cruiser. Ce ne sera pas suffisant pour exploiter tout le potentiel du monstre. Comme toujours chez Triumph, on s'abstiendra de commentaires sur le frein arrière. Quant au confort, il se dégrade rapidement sur terrain douteux. La suspension arrière réagit sèchement, au grand désespoir de vos vertèbres. Sans compter sur les fantastiques reprises de ce power-cruiser qui vous arrachent littéralement les bras.

Les virolos approchent ; la Rocket ne se dégonfle pas. Agile et précise, elle suit parfaitement le rythme, et l'on à vient à le hausser sérieusement. Prudence, car la moto à tendance à élargir la trajectoire et tortiller son derrière. Vous n'aviez pas eu assez d'adrénaline... en voila un peu plus.

Extravagante, sensationnelle, jouissive, la Rocket III est une réussite incontestée. Hinckley a réussi son coup, en proposant une machine permettant de se délecter du mode cruising et de tenir la dragée haute à bon nombre de sportives sur un départ canon. On prend autant de bonheur à l'un comme à l'autre jeu. Destinée avant tout à l'amérique, l'anglaise s'embourgeoise déjà d'un catalogue d'options et accessoires très fourni. Le pilote sera aux anges, le passager moins. L'essentiel est là : un engin fils de la démesure, engendrant autant de plaisir que de fougue enivrante.






bandit bandit bandit
avatar
Fab


Masculin
Nombre de messages : 22892
Age : 42
Localisation : NOUMEA
Moto : TRIUMPH Thruxton 900
Humeur : Toujours cool...enfin presque !!
Date d'inscription : 22/10/2007

http://fmnc.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Fab le Dim 20 Avr 2008 - 18:28

Voici la plus grosse moto jamais construite en série ! La Triumph Rocket 3 cube 2 300 cm3 et vaut 20 mkg de couple... Un vrai cauchemar pour pneu arrière et petits bras mais surtout un cruiser étonnant d'efficacité sur route et au quotidien. Qui l'eut cru ?

Moteur :

2 294 cm3, 4 temps, trois cylindres en ligne longitudinal, alésage 101,6 mm x course 94,3 mm,
refroidi par eau, 2 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique, 5 vitesses,
démarreur électrique, transmission par arbre et cardan
Version libre : puissance 147 ch.
Version française : puissance 106 ch. (78 kW) à 5 750 tr/min, couple 20,3 mkg (19,9 daN.m) à 2 500 tr/min

Partie cycle :

cadre double berceau tubulaire et bras oscillant en acier,
fourche télescopique inversée diam. 43 mm non réglable,
2 amortisseurs AR réglables en précharge ressort,
freins AV 2 disques diam. 320 mm / étriers 4 pistons
AR disque diam. 316 mm / étrier 2 pistons, pneus AV 150/80 x17 - AR 240/50 x 16

Gabarit :

empattement 1 690 mm, hauteur de selle 720 mm,
réservoir 25 litres, poids à sec 320 kg, diam. de braquage 6 080 mm,
garde au sol 140 mm, largeur au guidon 880 mm

Performances :

vitesse maxi 210 km/h (compteur), conso moyenne de l'essai 10,5 l/100 km (maxi 12 l/100 km)




:moto3: :moto3: :moto3:
avatar
Fab


Masculin
Nombre de messages : 22892
Age : 42
Localisation : NOUMEA
Moto : TRIUMPH Thruxton 900
Humeur : Toujours cool...enfin presque !!
Date d'inscription : 22/10/2007

http://fmnc.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Fab le Dim 20 Avr 2008 - 18:37

Triumph Rocket 3 : L'essai complet



Avec ses près de 2 300 cm3 pour 320 kilos à sec et 2 500 mm de longueur, les caractéristiques de cette Rocket 3 laissent perplexe ! Mais pourquoi un tel engin ? Bah, pour les Américains, pardi ! Triumph qui possède désormais une gamme bien remplie avait envie de marquer son époque et du même coup empiéter sur le marché juteux de Harley Davidson. Le constructeur reste pourtant formel : la Rocket 3 n'est pas un custom mais bel et bien un "cruiser". Autrement dit, son train avant solide, son gabarit "big size", son moteur débordant de couple et sa position de conduite ramassée constituent les signes particuliers de ce genre de machine, destinée à avaler les kilomètres avec vigueur et sérénité. Son style bien à elle attire les regards et c'est là aussi tout son intérêt. Le pilote se sent valorisé sur cette mto qui en "jette" ! Le bloc-moteur paraît démesuré au moins autant que l'énorme pneu arrière de 240 mm de large qui renforce encore l'aspect trapu de l'engin. L'avant ne manque pas non plus d'arguments grâce à sa fourche inversée de fort diamètre fortement inclinée et dont les fourreaux très écartés profitent d'une paire de tés taillés dans la masse. Cette sensation visuelle inédite est amplifiée par un réservoir de 25 litres joliment galbé et une double optique. Impressionnante, c'est le moins qu'on puisse dire, d'autant que la finition est à la hauteur. Sa parure parsemée de chromes contraste à merveille avec les éléments mécaniques tout de noir vêtus. Pas de plastique sur cette Triumph, mais un patchwork de tôles finement façonnées dont le radiateur profite pleinement. Les platines repose-pieds sont fixées directement sur le moteur. La ligne d'échappement s'achève dans des silencieux asymétriques. Bref, la Rocket est bichonnée à tout point de vue, mais attention aux fixations de certaines pièces d'habillage qui ont tendance à se dévisser !






Confort à bord

À voir le gabarit de l'engin, on se remet vite en question : "Vais-je être à la hauteur pour emmener ses 320 kilos ?" On se rassure vite. Car s'il existe une position de conduite confortable, c'est bien celle-ci. La selle large et moelleuse placée très bas se tient à bonne distance des repose-pieds reportés eux en avant. Le guidon, dont le cintre tombe bien sous les mains, oblige le pilote à se pencher légèrement en avant. Soit une position de conduite relaxante. Les jambes très écartées autour de l'énorme bloc-moteur ne sont pas plus gênées par le proéminant réservoir grâce à ses échancrures. Le passager n'est pas plus mal loti sur son strapontin "confort" en option au catalogue constructeur. Seule une poignée de maintien manque à l'appel mais il reste la possibilité d'installer le sissi bar optionnel avec dosseret rembourré. Vues les capacités d'accélération de la Triumph, cet équipement rassurera votre passager faute de flatter la rétine. Derrière les larges poignées, on note que les leviers sont réglables en profondeur, tandis qu'au centre trônent deux obus affichant l'instrumentation à aiguille, entourant un écran digital pour le kilométrage total et les deux trip partiels. On regrette néanmoins l'absence d'un compartiment sous la selle. Et par ailleurs, on apprécie les rétroviseurs assurant une visibilité impeccable et le bouchon d'essence sur charnière pratique à utiliser.






Une grosse Anglaise pas ridicule

Malgré son cubage extraordinaire, le moteur distille finalement peu de vibrations au ralenti, mais l'inertie de son volant placé longitudinalement fait pencher la moto vers la droite à chaque coup de gaz. La sonorité grave et feutrée au ralenti attise d'autant plus la curiosité. En revanche, manipuler la Rocket 3 en la poussant demande vite un effort considérable... Ce pourquoi cette moto se destine davantage aux motards expérimentés et pourvus d'une force physique minimum. Cela dit, dès les premiers mètres, la moto apparaît bien équilibrée. Alors qu'on s'attendait à bien pire en matière de maniabilité, seuls les demi-tours demandent un minimum d'habileté. Or, une fois en route, la Rocket 3 se conduit vivement et avec précision. Grâce à son centre de gravité bas, elle passe d'un angle à l'autre en une fraction de seconde. De ce fait, la grosse Anglaise est loin de se montrer ridicule en ville, seule la largeur de son guidon pouvant gêner au moment de se faufiler entre les voitures. De son côté, l'injection offre une souplesse très appréciable à bas régime, rendant le contrôle de la moto d'autant plus précis. Sortie des villes, la Rocket peut enfin s'exprimer pleinement : sa disponibilité moteur devient alors un vrai gisement de plaisir. Le trois cylindres à transmission par cardan envoie tout ce qu'il peut de 700 à 5 500 tr/min ; palier après lequel il commence à s'essouffler en raison du bridage français à 106 chevaux. Qu'à cela ne tienne, ce moteur unique sur le marché génère un agrément de pilotage exceptionnel : sur route on ne touche plus qu'aux deux derniers rapports laissant le couple faire son boulot.






Amplificateur à sensations


Dés lors, reste à choisir son rythme, tranquille balade enroulée ou accélération sauvage ! Poignée ouverte en grand, l'engin allonge véritablement les bras dans une sonorité rageuse amplificatrice de sensations ! La boîte n'accuse pas de gros défauts mais reste bruyante et un peu dure à enclencher en première. Plus surprenante encore, la partie cycle assure finalement une tenue de route digne de ce nom. Sa rigidité n'est pas une blague et lui permet de conserver toute sa stabilité en courbe. La Rocket 3 entre sans forcer en virage et trouve vite ses appuis sans mouvements aléatoires. En revanche dans les virages serrés, seuls les repose-pieds limitent la prise d'angle. La chasse prononcée lui assure en outre une stabilité sans histoire en ligne droite. Bref, dans l'ensemble la Triumph tient son cap sans soucis. Seul bémol, ses amortisseurs arrières n'offrent pas une course suffisante pour absorber les gros chocs, malheureusement retransmis sans ménagement dans le dos du pilote. Un défaut secondaire qui ne doit pas ternir le formidable travail réalisé par Triumph, d'autant que la puissance du freinage permet de calmer sans soucis les ardeurs du trois cylindres. Dés lors, doit-on s'étonner ou même se plaindre de l'absence de protection, notamment pour les jambes très exposées mais aussi pour les cervicales, passé les 130 km/h ?





Aussi inattendue qu'imparable

Une nouvelle fois, les premières impressions visuelles ne tiennent pas l'épreuve de la route. Comme la Honda Gold Wing 1800 ou encore la BMW K 1200 LT, la Triumph cache derrière son exceptionnel gabarit des qualités dynamiques aussi inattendues qu'imparables. Véritable machine à sensations, elle est finalement un pur plaisir à piloter, capable aussi bien de jouer les dragsters que d'avaler les kilomètres avec sérénité. Seul vrai revers finalement, son tarif qui s'il est justifié n'en demeure pas moins du genre costaud ! La Rocket 3 est affichée à 17 990 €, soit un prix qui n'en tient pas moins la route dans cette catégorie convoitée des motos d'exception.



bandit bandit bandit
avatar
Fab


Masculin
Nombre de messages : 22892
Age : 42
Localisation : NOUMEA
Moto : TRIUMPH Thruxton 900
Humeur : Toujours cool...enfin presque !!
Date d'inscription : 22/10/2007

http://fmnc.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Vince35 le Dim 20 Avr 2008 - 18:45

Et dire que j'ai failli acheter ce bolide!!!!!!!!!!!! :siffle:
Elle est vraiment belle et elle a un sacré moteur
avatar
Vince35


Masculin
Nombre de messages : 4716
Age : 52
Localisation : Sur terre
Moto : Bonneville street twin 900
Humeur : Cagou..
Date d'inscription : 12/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  KLIBRA le Lun 21 Avr 2008 - 20:21

210 au compteur ......... Mickey

C'est vraiment pas le model de chez Triumph que j'aime... :non:
avatar
KLIBRA


Masculin
Nombre de messages : 880
Age : 41
Localisation : Nouméa
Moto : CBR 600 RR
Humeur : Bien après les petits cafés du matin.
Date d'inscription : 17/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Vince35 le Lun 21 Avr 2008 - 21:22

Ah toi et ton suppositoire jaune

:simpson:
avatar
Vince35


Masculin
Nombre de messages : 4716
Age : 52
Localisation : Sur terre
Moto : Bonneville street twin 900
Humeur : Cagou..
Date d'inscription : 12/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Triumph: La Rocket III agrandit son couple en 2013

Message  cobalt57co le Dim 27 Jan 2013 - 19:36

Source

Triumph: La Rocket III agrandit son couple en 2013
Par André Lecondé - le Lundi 21 janvier 2013


La sulfureuse et superlative Rocket III de chez Triumph s'offre pour 2013 un toilettage qui exacerbe encore un peu plus un caractère déjà bien ombrageux. Cette Rocket, qui est aussi un missile qui vous propulse comme une balle d'un départ arrêté à un autre, se conjugue sur une relation de couple que le nouveau millésime va un peu plus développer avec une version Roadster encanaillée.

Jusque là, en effet, la bête était retenue par l'électronique sur les trois premiers rapports pour éviter d'allonger inconsidérément les bras de son pilote. Un garde fou qui vient d'être levé, si bien que la valeur annoncée dans ce domaine grimpe maintenant à 221Nm, ce qui donne une toute autre vision des 148ch libérés annoncés. Et pour bien faire comprendre la portée de cette évolution, la machine abandonne le chrome pour un noir mat menaçant sur la plupart de ses accessoires. Ceci sans oublier une position de conduite plus droite, en mesure de faire profiter un peu plus du potentiel proposé.

Sinon, pour les plus calmes mais aussi celles et ceux qui roulent tout aussi fort que loin et longtemps, le blason d'Hinckley propose la Touring qui garde ses 203Nm et ses chromes, le tout avec une bagagerie bien utile pour parcourir le monde. Un duo d'enfer qui sera disponible en concession en avril 2013. Tarifs à venir.

A retenir pour la Rocket III Roadster:

148 CV et 221 Nm

Nouveaux composants à finition noire au lieu de chromée

Nouveaux caches radiateur Matt Black

Anneaux d’impulsion ABS noirs

Barres de fixation de lèche roue arrière noires

Cache boite à air noir

Protection de fourche noire

Couverture de klaxon noire

Double phares noirs

Rétroviseurs noirs

Nouveau bouchon de réservoir chromé avec texte en noir

Nouvelle selle vinyl et motifs brodés

Nouveaux coloris :

Metallic Phantom Black avec twin red centre stripes

Matt Phantom Black avec twin white centre stripes













avatar
cobalt57co


Masculin
Nombre de messages : 11728
Age : 49
Localisation : Nouméa
Moto : T'es de la police?
Humeur : Bonhomme...
Date d'inscription : 27/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Au guidon de la dernière Rocket III comme si vous y étiez (moto.caradisiac.com)

Message  cobalt57co le Mar 19 Mar 2013 - 14:10

Source

Au guidon de la dernière Rocket III comme si vous y étiez
Par André Lecondé - le Vendredi 08 mars 2013

Avec le recul, on ne remerciera jamais assez Yamaha d'avoir eu au siècle dernier une fiévreuse décennie qui a lancé sur le marché de la moto des modèles dont la philosophie perdure. Même si ce sont d'autres blasons qui se l'ont appropriée. Ainsi de la Ténéré a découlé l'idée du trail polyvalent qui fait le bonheur d'une usine BMW qui ne pipe toujours mot sur les ratés de sa dernière R1200GS. Chez les customs, le V-Max a bousculé les valeurs et, il y a 15 ans, c'est Triumph qui a relevé le gant en sortant la grosse artillerie : une machine infernale de 2 300cc !

La Rocket III était née, et elle nous arrive en 2013 libérée. Finis les éléments castrateurs de couple sur les trois premiers rapports. Le public évalué comme à présent suffisamment adulte par Hinckley va pouvoir jouir des 221Nm en toute liberté des 148 ch promis. Pour vous préparer cependant à vous projeter dans cet autre espace-temps déclenché par une poignée des gaz ouvertes en grand, voici cette vidéo qui alertera votre esprit sur ce qui l'attend. Droit devant !

A retenir pour la Rocket III Roadster:

148 CV et 221 Nm

Nouveaux composants à finition noire au lieu de chromée

Nouveaux caches radiateur Matt Black

Anneaux d’impulsion ABS noirs

Barres de fixation de lèche roue arrière noires

Cache boite à air noir

Protection de fourche noire

Couverture de klaxon noire

Double phares noirs

Rétroviseurs noirs

Nouveau bouchon de réservoir chromé avec texte en noir

Nouvelle selle vinyl et motifs brodés

Nouveaux coloris :

Metallic Phantom Black avec twin red centre stripes

Matt Phantom Black avec twin white centre stripes


avatar
cobalt57co


Masculin
Nombre de messages : 11728
Age : 49
Localisation : Nouméa
Moto : T'es de la police?
Humeur : Bonhomme...
Date d'inscription : 27/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

rocket

Message  RUN666 le Mar 19 Mar 2013 - 17:29

super moteur avec un couple dantesque mais put... qu'est-ce-que c'est moche comme bécane !!! (et je vous raconte pas le budget pneu arrière... :siffle: )
avatar
RUN666


Masculin
Nombre de messages : 1126
Age : 56
Localisation : RUN ISLAND
Moto : MILWAUKEE TWINS
Humeur : SI VIS PACEM PARA BELLUM
Date d'inscription : 07/09/2009

http://www.islanders.nc

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Kroket III le Jeu 7 Déc 2017 - 16:15

Concernant le monstre, c'est plutôt difficile d’éviter les superlatifs pour décrire l’attrait que suscite cette machine hors norme, tant esthétiquement que mécaniquement. Si la gueule d’enfer du monstre britannique n’a pas vocation à plaire à tout le monde, elle a immédiatement fait succomber ses utilisateurs, qui ne tarissent pas d’éloges sur leur « boule de muscles », tellement impressionnante que, selon l’un de ses inconditionnels : « Les chiens font un détour pour éviter de la croiser sur le trottoir ! » Le comportement de l’énorme trois-cylindres inspire lui aussi toutes sortes de comparaisons délirantes, qu’il s’agisse d’accélérations ou de couple. « Cette moto, c’est d’abord un moteur, c’est THE moteur ! », résume un utilisateur conquis. La tenue de route est jugée exemplaire, surtout pour une machine de ce gabarit et de ce poids. S’il n’est pas question de rouler « à l’impro » ou de manquer de sang-froid, aucun mouvement parasite ne vient perturber le « cruising », quel que soit l’état du revêtement (une fois les amortisseurs d’origine mis au rebut). La place passager est unanimement appréciée, tant en termes de confort que de logeabilité. Les possesseurs de Rocket III apprécient que la finition générale (hormis quelques « couacs », voir à surveiller) garantisse une bonne tenue dans le temps.

C'est pas moi qui le dit, c'est le journaleux....
mais quand on la pilote, on finit par y croire à tout ce qui est marqué dans les essais. Bon, c'est vrai que ça ne pardonne rien, et surtout pas les excès d'optimisme. le virage, il vaut mieux l'aborder un cran en dessous qu'un cran au dessus parceque sinon,.... ben la foi d'après tu refais pas la même connerie. surtout qu'une fois qu'elle est allongée de toute sa masse, pour la relever, si t'as pas fait 5 années de formpluche ben t'appelle au secours.

Bref, c'est anglais, donc c'est pas forcément beau, mais c'est pensé. c'est pas pour rien que c'est les mêmes qui ont sorti le Spitfire durant la WW2. simple, efficace et progressif, la luftwaffe ne s'en est jamais remise. Pareil pour la Rocket...
zen

avatar
Kroket III


Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 61
Localisation : Nouméa
Moto : Triumph Rocket 3
Humeur : Toujours calme
Date d'inscription : 10/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: TRIUMPH ROCKET 3

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum